Rechercher

Question n°2 : Qu'est ce que la psychogénéalogie ?

Définition

Pour définir de manière très succincte la psychogénéalogie, c’est considérer que les difficultés que nous rencontrons, ou les maux dont nous souffrons, ne sont pas tous issus des événements difficiles rattachés à la petite enfance, mais qu’ils sont l’expression d’émotions que certains de nos ancêtres n’ont pas pu « digérer ». Nous sommes en quelques sortes les symptômes des traumatismes de ceux qui nous précédés et engendrés.

Cela signifie que nous pouvons considérer que la construction d’un individu s’inscrit dans un espace antérieur à son existence. Il s'agit donc d'un travail transgénérationnel.


La psychogénéalogie est une approche relativement neuve. Pourtant, l’influence des ancêtres sur nos existences n’est pas une révélation en soi. Elle est présente dans toutes les cultures et traditions. La plupart des civilisations possèdent des mythes religieux fondateurs qui font intervenir différentes lignées : les Dogons sont issus de jumeaux, les chrétiens d’Adam et Ève ; les Aborigènes considèrent que leurs ancêtres sont en train de rêver et qu’ils ne sont que la matérialisation de leurs rêves…Les systèmes religieux et les conceptions spirituelles définissent les liens, les droits, les devoirs et l’identité qui structurent psychiquement l’être humain, en grande partie en relation avec les ancêtres.


Maria Torök et de Nicolas Abraham, deux psychanalystes ont alors émis l’hypothèse que les émotions non digérées par nos ancêtres, celles qui n’ont pas pu s’exprimer et se dénouer de leur vivant, aient été emprisonnées dans une bulle psychique.

Cette dernière s’est formée de la manière suivante : un ancêtre a vécu un événement traumatique dont il ne peut ou ne veut pas parler, soit parce qu’il ne s’y autorise pas, soit parce que l’entourage ne veut pas ou ne peut pas l’entendre. Le malaise est pourtant réel et la génération qui suit le capte par des détails (silences prolongés, lapsus, posture physique etc.) que la génération d'après capte aussi et ainsi de suite.


Pourquoi entamer un travail de psychogénéalogie ?

Tous les troubles psychiques du champ de la psychopathologie ne proviennent pas de l’ordre transgénérationnel. Certains sont effectivement liés à l’histoire personnelle du patient-consultant. En étudiant son arbre généalogique, cela va lui permettre de faire remonter à la surface le souvenir de son trauma personnel.


Quel est le rôle du psychogénéalogiste ?

Le psychogénéalogiste vous soutient lors de la création votre arbre généalogique mais il ne fera pas de recherches à votre place.

Une fois l'arbre construit sur 7 générations, il conviendra de mettre en avant vos idées, vos émotions. Par la suite, le praticien vous aidera à pointer les répétitions, les dates anniversaires et certains traumas.

L'analyse des rêves a aussi un rôle important dans ce type de thérapie. Votre praticien vous aidera à les comprendre.


Quelques remarques
  • Il est préférable (mais non obligatoire) que le patient n'ait pas commencé la construction de son arbre, pour n'avoir aucun a priori.

  • Il s'engage aussi, en dehors des recherches d'archives, à questionner son entourage pour, peut-être, de nouvelles informations.

  • Les enfants adoptés peuvent aussi faire des recherches. Les recherches seront, certes, plus difficiles. Mais grâce à l'assouplissement de la loi, il est possible d'utiliser d'autres moyens d'investigation.


Je vous invite à partager vos connaissances, que vous soyez patients, professionnels ou visiteur. C'est en discutant que l'on apprend, ne jamais l'oublier !


A bientôt pour la prochaine question!